Touriste

L_COUNTER2

L_COUNTER_POC2:

L_COUNTER_ON: 24
L_COUNTER_DNES: 477
L_COUNTER_TYD: 8543
L_COUNTER_CELK: 1122574

L_PREKLADAC

L_PREKLAD (translations)

Czech English French German Italian Polish Russian Spanish

Navigation

Choix de langue

  • Česky
  • English
  • Deutsch
  • En français
  • Po polsku
expédier la page par e-mail

Contenu

La construction de Pernštejn de la période
de la Renaissance

 

 Vojtěch de PernštejnVojtěch de Pernštejn a bien réfléchi l’aspect de la ville reconstruite. En 1528, il a commencé à acheter certains lieux incendiés, notamment ceux situés devant le siège seigneurial. Dans ces lieux, les maisons n’étaient plus reconstruites car le propriétaire voulait faire valoir la silhouette du château dans un espace plus grand. Le nouveau front nord n’avait plus dix, mais sept maisons.  

La construction de base de la ville durait cinq ans. Le constructeur de la noblesse a construit devant les fronts des parcelles, à l’exception des maisons inachevées n°  1244 et 1245, quatre murs continus, uniformément conçus. Dans la construction générale, les allèges et les arcades ont été construites. 

Au-dessus de l’attique, une ligne cohérente de pignons interconnectés, formés par les parties moyennes, un peu plus hautes avec des extrémités semi-circulaires. Celles-ci avaient sur les côtés deux parties plus basses achevées par les quadrants, soi-disant queues d’hirondelles. Ainsi, la ville a obtenu l’image de la Renaissance vénétienne de l’Italie du Nord.

            Du coup, tout le chaos des travaux de construction a disparu et la place est devenue la cour de palais pour le château reconstruit par la famille Pernštejn de l’ancien château fort  Černčický. Toutes les deux dominantes de la ville, l’église et le château, sont encore plus ressorties.

Soi-disant queues d’hirondelles

Construction des maisons

Le splendide front était déjà sur place et derrière lui, les travaux de construction se poursuivaient encore. Les citadins raccordaient leurs maisons sur le front. Ils remboursaient cette partie des maisons pendant une quanzaine d’années à la famille Pernštejn.

Les constructeurs italiens voulaient connecter la Renaissance et le gothique flamboyant et ce qui a été positif, c’est qu’ils se sont laissés influencés par la tradition locale. Les arcades sont du style Renaissance même par leurs proportions et les piliers bas prismatiques, chanfreinés sur les bords appartiennent aux éléments de la tradition locale. Les piliers s’élargissent vers le bas où ils sont durcis par des socles. L’écartement des arcs est important. Les arcades ont ainsi gagné de la luminosité et de l’accessibilité.

La lutte du gothique et de la Renaissance se fait voir même sur les portails des maisons. Les voûtes ne sont qu’exceptionnelles. Le profilage des lignes de fenêtres mérite l’attention qu’il attire. On peut en trouver de semblables à Pardubice. Cette unification et typisation font sous-entendre qu’il s’agissait de pièces préfabriquées.

Les deux maisons portent les inscriptions au niveau des lambris des entrées. Le n° 1221 porte sur le côté est l’inscription de l’année 1531. Toute l’inscription est : "1531 Jakub" (le mot suivant n’est pas lisible) "retraité de Bohdaneč, Markyta de Česká Třebová" et l’écu comporte les feuilles de chêne. Le mot illisible est peut-être mal interprété comme copiste. Sur le front sud du n° 1231, il y a l’inscription "Monsieur Waczlaw 1534". Il s’agit des dates où les reconstructions des maisons ont été terminées.

De nos jours, c’est le côté nord de la place qui est la plus beau, les façades et les pignons y ont été mis à leur état d’origine. Cette unité est patiellement perturbée par la maison n° 1209, la mairie avec une petite tour, car elle a été construite avec deux étages. Sur le côté ouest, quatre maisons n’ont pas été reconstruites et aujourd’hui, le dernier numéro est le 1245, l’hôtel Brouček. Pour le moment, l’argent manquait pour la paroisse et l’école. Les seigneurs ont renforcé en 1532 la protection du château et de la ville par un bastion de canons.

Le plan de base a été respecté lors de la reconstruction de la ville. Entre les remparts et les bâtiments agricoles avec les cours, il a été né un espace un peu plus large qui entoure toute la place comme le derrière de la maison.

Après la construction réalisée par la famille Pernštejn, il y avait au total 39 maisons sur la place. Cette construction avait été si grandiose qu’après sa fin, la ville située dans les remparts n’a plus beaucoup changé.